FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » Bibliothèque » Etre éco-efficace en appliquant le principe du « Cradle to Cradle »

Etre éco-efficace en appliquant le principe du « Cradle to Cradle »

Michael Braungart, l’inventeur du principe Cradle 2 Cradle
Le facility management a fortement évolué – de l’homme à tout faire en bleu de travail capable de résoudre tous les problèmes au manager chargé de l’énergie, de l’écologie, de la RSE… - et ceci sans jamais perdre de vue l’aspect gestion de coûts. Aujourd’hui, le facility management et l’immobilier sont étroitement mêlés. Ce n’est pas un hasard si la qualité de l’air d’un bâtiment constitue le cheval de bataille de Michael Braungart, l’inventeur du principe Cradle 2 Cradle.

Interview réalisée par Eduard Coddé, rédacteur en chef de Profacility Magazine – édition néerlandaise à l’occasion de la conférence organisée par IFMA et Steelcase.

Comment voyez-vous le C2C dans le facility management ?
Michael Braungart : Permettez-moi, pour commencer, de dire que le C2C est totalement différent du travail CO2 neutre et de la réduction de l’empreinte écologique. Il s’agit ici d’exclure cette empreinte écologique. Par ailleurs, le C2C est plutôt une donnée économique qu’une donnée limitée à l’écologie. Le C2C voit le tapis de sol du bureau comme un « service » que nous utilisons et pas comme une consommation de matières premières. Avec le C2C, le tapis n’est finalement pas jeté comme déchet mais récupéré et de préférence rendu à la nature à laquelle nous empruntons les matières premières.
Le C2C vise un cercle fermé. Le facility management peut fermer ce cercle en opérant les bons choix pour tout ce qui concerne le bâtiment et son fonctionnement. Le FM est la discipline de base autorisant l’innovation.

Les principes économiques auxquels une entreprise doit se tenir ne sont-ils pas contraires au souci écologique ?
MB : Absolument pas ! Nous ne devons pas nous excuser pour le fait que nous vivions sur terre, mais nous devons veiller à ce que la terre reste viable à l’avenir. Ce n’est pas l’économie ou l’environnement, mais l’économie ET l’environnement.
Les matériaux de construction et autres sont « empruntés » à la nature afin d’offrir un « service » aux utilisateurs au sein d’un environnement de travail ou résidentiel. Notre planète nous offre à nous, ses habitants, un « service » que nous devons rendre après usage et de préférence sous forme identique, de manière à ce que ceux après nous puissent continuer à profiter du même « service » proposé par mère nature. Nous ne possédons pas notre planète ; nous ne faisons que vivre un moment dessus.

Où en est la Belgique par rapport au C2C ?
MB : Grâce à la présidence belge de l’UE, le C2C est devenu une priorité et a soudainement fait un bond de 5 ans. Les Pays-Bas sont incontestablement les leaders en matière de C2C mais la Belgique, et la Flandre très fortement industrialisée en particulier, pourraient reprendre le flambeau à court terme en prenant les bonnes décisions. Le C2C commence au niveau humain. Il s’agit d’un défi quotidien, un défi aussi pour l’innovation.



... pour lire la suite, téléchargez gratuitement le PDF de cet article  ... pour lire la suite, téléchargez gratuitement le PDF de cet article


22/08/2011
Bâtiments et Techniques - Facility Management - Energie et Environnement
 



News en bref
Le Groupe Facilicom nomme un DSI et élargit son conseil d'administration
| 15/01/2020
Un PC Windows semi-durci
| 14/01/2020
Limiter les risques dans votre salle blanche, grâce à l'approche de TRU
| 14/01/2020
Des tableaux blancs numériques et des vidéoconférences Zoom pour réduire les frais de réunion
| 10/01/2020
Cinq conseils d'entretien pour des portes coulissantes
| 09/01/2020

Voir toutes les news