FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisinge-ShopContact |
  
Accueil » News » Plus de la moitié des entreprises belges perdent souvent un candidat qualifié

Plus de la moitié des entreprises belges perdent souvent un candidat qualifié



Une récente étude, réalisée pour le compte de la société de recrutement spécialisée Robert Half auprès de 200 CFO et directeurs financiers belges, montre que 51 % d’entre eux doivent laisser partir d’excellents candidats lors du processus de recrutement. Les raisons invoquées par les candidats varient : une majorité n’est pas satisfaite du salaire proposé ou reçoivent une contre-offre plus intéressante (52%), ou encore la description du poste ne correspond pas aux attentes du postulant (48%). Les entreprises doivent dès lors mieux cerner les attentes des candidats les plus qualifiés si elles veulent attirer plus de talents.

Un recrutement plus intelligent
Le processus de recrutement est souvent perçu comme interminable et à l’avantage de l’employeur. Pourtant l’entreprise n’est pas toujours gagnante. Et pour cause, rien ne dit que le candidat acceptera l’offre qui lui est proposée. Si de tels refus sont courants, il n’est pas rare de voir l’employeur surenchérir en proposant une contre-offre qui selon l’étude devient, une fois sur deux, problématique pour le candidat qui la refuse.
« De nombreuses entreprises explorent des pistes alternatives pour attirer et retenir les talents, et celles-ci ne sont pas toujours directement liées à la rémunération », explique Frédérique Bruggeman, Managing Director de Robert Half Belux, « Des possibilités supplémentaires de formation et d’évolution de carrière, mais aussi des avantages dans le domaine du bien-être et de la santé, une flexibilité des horaires ou du lieu de travail (télétravail), et un environnement de travail positif dans un endroit propice peuvent faire la différence ».

Quid des PME ?
Si les grandes entreprises perdent majoritairement leurs candidats pour des raisons salariales, les PME, elles, voient le plus souvent leurs éventuelles recrues quitter le navire après la réception d’une contre-offre. « Cette comparaison montre que les PME et les grandes entreprises ont intérêt à appliquer des stratégies de recrutement différentes car les candidats ont bien souvent des attentes spécifiques en fonction du type d’entreprise », indique Frédérique Bruggeman. Les candidats polyvalents ont parfois plus tendance à se diriger vers les PME car ils s’attendent à y recevoir des responsabilités plus larges et variées. Il ressort par ailleurs de l’enquête réalisée par Robert Half que le salaire est souvent un facteur moins décisif dans les PME que dans les grandes entreprises.
Raphael Pèrez
12-05-2016