FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Objectiver la guerre des talents

Objectiver la guerre des talents

Selon les résultats de l’enquête réalisée annuellement par ManpowerGroup la pénurie de talents atteint des niveaux record. Sur l'ensemble de la Belgique, 45% des 1.000 employeurs sondés disent avoir des difficultés à remplir leurs postes vacants, c'est une hausse de 10% par rapport à 2019, et le niveau le plus haut jamais atteint depuis le lancement de l'enquête en 2006. Au niveau régional, en Flandre 55% des employeurs peinent à pourvoir les postes libres et à Bruxelles 43 %. En Wallonie par contre cette pénurie se résorbe quelque peu (27%).

Aucun secteur n’est épargné
Les employeurs du secteur du transport et de la logistique (92%), de l’horeca (65%), des services publics, de la santé, de l’éducation et des service collectifs (51%) et de l’industrie manufacturière (47% ) sont les plus impactés par les pénuries de talents. Un employeur sur trois fait face à un manque de main d’œuvre dans les secteurs du commerce de gros et de détail (34%), de la construction (33%) et de la finance, l’assurance, l’immobilier et les services aux entreprises (32%).

Fonctions critiques
Le Top 10 des postes pour lesquels les employeurs rencontrent des difficultés de recrutement est dominé par les fonctions techniques. En tête du classement, les ouvriers qualifiés, suivis par les techniciens (maintenance, contrôle qualité) et les spécialistes (projects managers ou juristes). Les chauffeurs et les profils logistiques occupent la 4e position. Comme chaque année, les profils comptables et financiers (5e), les commerciaux (6e) et les profils administratifs (9e) figurent dans les fonctions les plus recherchées. Trois profils font leur apparition dans ce Top 10 : les professionnels de la santé (7e), les profils pour le secteur de la construction (8e) ainsi que les fonctions de direction et de management (10e).*

Le défi des pénuries s’accroît avec la taille des entreprises
Comme en 2019, ce sont les grandes (≥ 250 travailleurs) et moyennes entreprises (50 à 249 travailleurs) qui déclarent être le plus sous pression lors de leurs recrutements en raison des pénuries, avec des pourcentages de 71% et 61%. Trouver du personnel qualifié est également une réelle difficulté pour 46% des petites entreprises (10 à 49 travailleurs) et 43% des microentreprises (< 10 travailleurs).*

Responsabilité RH
"Deux raisons expliquent ces pénuries accrues sur le marché du travail", indique Philippe Lacroix, managing director de ManpowerGroup BeLux. "Tout d'abord, un facteur quantitatif: le vivier de candidats disponibles continue de se réduire en raison du vieillissement et du départ des baby-boomers. Ensuite, un facteur qualitatif: les compétences sont sous pression sous l'effet de la complexification des tâches et de la digitalisation."
Pour y remédier Philippe Lacroix estime que « Augmenter le taux d'activité est une priorité dans les trois Régions. Les entreprises doivent se montrer capables d'attirer tous les talents disponibles en mettant en place de véritables politiques de diversité. Elles doivent également mettre l'accent sur la formation de leur personnel, en fidélisant leurs collaborateurs ou en renforçant l'agilité de leurs structures".

Construire la marque employeur
Les entreprises engagées pour un entrepreneuriat responsable en assumant leur responsabilité sociétale et environnementale sont plus attractives sur le marché de l’emploi. Cet engagement et gestion RH positive peut être reconnu et labellisé en Belgique par des organisations externes avec des labels RH comme ‘Top Employer’, ‘Best Workplaces’; certains labels de gestion environnementale tel ISO14000 ou EMAS, ou encore pour certains privilégiés par une reconnaissance du monde professionnel lors d’élections tels ‘CSR Professional of the year’ ou le label mondial ‘Ethisphere’.
Des labels peuvent aussi attester de la qualité des bâtiments et des espaces de travail occupés tels ‘BREEAM’, ‘WELL’ et ‘Leesman index’.

THE workplace
L’attractivité d’une entreprise pour de nouveaux talents est également fonction de la localisation de ses lieux de travail. Le facteur «mobilité » avec l’accessibilité des bureaux d’une entreprise peut être déterminante pour le choix d’une entreprise par un candidat. Deux heures et plus perdues dans le trafic chaque jour pèsent négativement lourd dans la balance vie privée/vie professionnelle. En ce domaine la possibilité de télétravail sera un facteur positif pour les candidats à l’embauche.
L’architecture des espaces de travail joue de plus un plus un rôle important dans l’attractivité de l’entreprise. Un aménagement fonctionnel et diversifié des espaces de travail avec des salles de réunions, des espaces de concentration et de silence, des lieux de détentes mais aussi qualitatif (qualité de l’air, acoustique, luminosité naturelle, intégration espaces verts) contribueront positivement à l’attrait de l’entreprise. Bien pensé et orchestré, le design et la décoration des lieux de travail mettront en évidence les valeurs de l’entreprise et de ses marques et renforceront l’adhésion des collaborateurs, partenaires et clients à l’entreprise.

__________________________________________________________________________
Lire aussi ‘La marque employeur comme cheval de bataille’
http://www.profacility.be/piclib/biblio/pdf_00001096fr.pdf
__________________________________________________________________________

L’offre de services à la personne sur les lieux de travail (restaurant d’entreprise, conciergerie, garderie, car-sharing et autres solutions de mobilité partagées) influencera positivement un jeune talent dans le choix d’un employeur.

La guerre des talents est donc bien réelle et vraiment critique dans certains secteurs d’activité.

* source Peoplesphere.
Didier Van Den Eynde
21-02-2020