FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » La Défense néerlandaise privilégie l’outsourcing

La Défense néerlandaise privilégie l’outsourcing



Dans le cadre de la réunion ‘IFMA Breakfast 4FM’ chez BIS à Malines, le Major Ian van der Pool a non seulement fait un exposé passionnant sur ses six mois de mission à Kandahar Airfield (KAF – Afghanistan), mais a aussi expliqué au public le support facilitaire au sein de la Défense néerlandaise.
Par le passé, les forces terrestre, aérienne et maritime ainsi que la Maréchaussée Royale disposaient, chacune, de ses propres services de support. Dans le cadre de divers cycles d’économie, les services destinés à toutes les forces de combat ont été centralisés dans le ‘Commando DienstenCentrum’ (CDC). Ce qui est spécifique ici, c’est que le centre doit être capable de fournir, 24h/24 et 7j/7, les services nécessaires et ceci partout dans le monde, puisque le soutien du CDC accompagne les missions. Le CDC compte 8 branches pour quelque 12.000 personnes employées et un budget de fonctionnement annuel de plus de 1,7 milliard d’euros. La branche ‘transport’ dispose de 335 véhicules et livre 300.000 paquets postaux par an. La branche ‘immobilier’ gère plus de 7,7 millions m2, 30.000 ha de terrain et traite 80.000 avis de maintenance par an. La branche ‘facility services’ traite 350.000 factures, gère une base de données photos en ligne de 52.000 images et facilite la vie de 6 sportifs de haut niveau qui font partie de la Défense. Le catering est une branche à part qui se charge de 11,7 millions de repas sur 140 sites. CDC peut même se targuer d’être la 3e entreprise de catering des Pays-Bas.

Le Major Ian van der Pool : « L’outsourcing a la préférence absolue. Le CDC y fait appel en moyenne à 50 %, mais ce pourcentage grimpe à 72 % pour le transport et même à 80 % pour l’immobilier. Le catering est à 50 %, mais les services facilitaires n’achètent toujours que pour 8 % chez les acteurs du marché. »
Sur les différences entre le FM dans le secteur privé et le FM dans la défense, le Major Ian van der Pool répond : « Dans les 2 cas, il s’agit des mêmes processus, mais dans un contexte très différent. A la défense, l’accent est rarement mis sur l’optimisation du profit, mais plutôt sur le fait de livrer partout et toujours de façon optimale. Ce qui ne veut pas dire que les coûts ne sont pas contrôlés ; nous devons nous aussi réaliser continuellement des économies. De plus, le FM au sein de la Défense doit, tout comme dans le privé, pouvoir ‘vendre’ chaque action aux supérieurs. »
Eduard Codde
09-11-2010


 Lire plus sur la mission du Major au KAF >