FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisinge-ShopContact |
  
Accueil » News » Le bureau crée un lien 'community'

Le bureau crée un lien 'community'

J. Myerson, professeur au Royal College of Art de Londres et directeur du Helen Hamlyn Centre for Design.
[+] J. Myerson, professeur au Royal College of Art de Londres et directeur du Helen Hamlyn Centre for Design.

Le 9 octobre, Kinnarps a organisé un 'atelier d'automne', une initiative visant à expliquer les nouvelles tendances dans le domaine de l'aménagement de bureau. Le Britannique J. Myerson, professeur au Royal College of Art de Londres et directeur du Helen Hamlyn Centre for Design était un des orateurs invités. J. Myerson est un écrivain, académicien, journaliste et commissaire d'expositions respecté.
Le professeur J. Myerson a ouvert la séance avec un aperçu de 150 ans de conception de bureaux et a mis l'accent sur l'évolution du travail de bureau inspiré par l'industrie à l'activité de bureau basé sur la connaissance. Les premiers travailleurs du savoir ont déjà été définis dans les années '60 et sont à la base d'une modification profonde de l'aménagement de bureau. Le professeur J. Myerson : "Aujourd'hui, nous parlons d'un bureau réseau où l'ICT assure les liens entre les collaborateurs. Il s'agit d'un réseau digital et physique totalement entremêlé qui peut ainsi être actif toujours et partout."
En Suède, 54 % des employés sont des travailleurs du savoir, en Grande-Bretagne leur part est de 48 % et en Allemagne de 44 %. Le travail répétitif est banni et les jours se suivent mais ne se ressemblent pas pour ces travailleurs du savoir. On s'attend à ce qu'ils prennent des initiatives, étudient et collaborent, différentes activités pour lesquelles il n'est plus requis d'être assis à un poste de travail classique. "Les travailleurs du savoir aiment leur boulot en raison du défi qui leur est posé pour résoudre les problèmes", décrit le professeur J. Myerson. "L'employé de bureau classique par contre hait son travail à cause des problèmes qu'il génère... Le travailleur du savoir est dès lors un autre type d'employé. Pour l'employeur, il est très difficile de mesurer le travail du savoir."

Le poste de travail accueillant
Aujourd'hui, on opte encore trop pour un aménagement de bureau uniforme qui doit servir à tous les utilisateurs. Les employés ne sont pas impliqués là-dedans, alors qu'une organisation compte de nombreuses personnes et fonctions avec une présence et utilisation du poste de travail très variable.
Le professeur J. Myerson souligne aussi le changement du mix des âges au sein d'une organisation. " Le nombre d'employés plus âgés va augmenter ne serait-ce qu'en raison du fait que les gens seront obligés de travailler plus longtemps", surprend le professeur. "Le poste de travail accueillant tient tout autant compte de cela que du travail concentré, de la collaboration, de la réunion...
La possibilité de se concentrer dépend aussi fortement de l'isolation sonore, de la lumière et du choix des couleurs par rapport à l'environnement. Un poste pour un travail de concentration doit stimuler le 'flow' de l'utilisateur, favorisant par le bien-être une espèce de concentration automatique en oubliant l'environnement.
"Un endroit de collaboration exige une lumière dynamique", plaide le professeur. "Il doit être clair, coloré, les murs servant idéalement de tableau".
En outre, il existe un besoin d'espace pour réfléchir et se ressourcer, un lieu où l'on peut faire une pause et débrayer, sans que cela soit critiqué. Le professeur J. Myerson est un grand défenseur du poste de travail 'activity based', un poste de travail qui n'exclut pas les employés plus âgés. "Les jeunes s'intègrent spontanément dans un nouvel environnement de travail, mais les plus âgés doivent être emportés par l'environnement de travail pour un fonctionnement en tant que travailleur du savoir. C'est un must ne serait-ce que d'un point de vue socio-démographique", conclut le professeur J. Myerson.
Patrick Bartholome
22-10-2012