FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Révision drastique de la ‘company car policy’ souhaité par la Vivaldi

Révision drastique de la ‘company car policy’ souhaité par la Vivaldi



Le journal L'Echo a pu consulter la note des préformateurs Egbert Lachaert et Conner Rousseau servant de base pour l'accord de gouvernement fédéral actuellement négocié par les sept partis de la Vivaldi (Cd&V, PS, sp.a, Open Vld, MR, Ecolo et Groen). Cette note prévoit que d’ici 2026, toutes les nouvelles voitures de société devront être non émettrices de gaz à effet de serre, ce qui exclut donc le diesel et l'essence. Et de manière générale, le Fédéral veut, en accord avec les Régions, mettre progressivement fin à la vente de voitures équipées de moteurs à combustion, à condition que l'offre de véhicules à prix abordable soit suffisante.*

En novembre dernier, la note rédigée par Paul Magnette, désigné alors informateur par le Roi pour mener à la formation du gouvernement fédéral prenait également pour cible les voitures de société eu égard à l’atteinte des objectifs climatiques auxquels nous sommes engagés. Ce document faisait état d’une proposition visant à ne plus autoriser la déductibilité fiscale des voitures de société qui ne seraient pas "zéro émission". Ce qui veut dire que seules les voitures électriques ou roulant à l’hydrogène seraient déductibles, et plus celles dotées d’un moteur diesel ou essence.

Le tout à l’électrique ou ‘hydrogène, d’ici six ans, impliquerait des investissements conséquents dans le réseau et infrastructures de recharge des véhicules électriques.

* Source : L’écho
Didier Van Den Eynde
17-09-2020