FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Le travail nomade : nouveau standard mondial pour Siemens

Le travail nomade : nouveau standard mondial pour Siemens

Siemens Headquarters- Munich
Siemens Headquarters- Munich

Après la première vague de confinement et de télétravail obligé, et bien avant la deuxième vague de l’épidémie COVID-19 à laquelle nous devons faire face aujourd’hui, le conseil d’administration de Siemens décidait mi-juillet du faire du travail mobile leur ‘nouvelle normalité’ et ce au niveau mondial. Pour Siemens le travail mobile, à distance des bureaux de l’entreprise, signifie plus que le simple travail à domicile. Il inclut des lieux tiers tels les business centres disposant d’espaces de coworking. Leurs employés peuvent en consultation avec leur direction, choisir les lieux de travail où ils sont le plus productifs. Leur travail hors les murs de l’entreprise pourra désormais se faire en moyenne 2 à 3 jours par semaine, chaque fois que cela est raisonnable et faisable selon le type de fonction exercée dans l’entreprise.

L’adoption par le conseil d’administration de façon permanente de cette ‘nouvelle normalité’ est entrée en vigueur mi-juillet. Elle est directement applicable à 140 000 employés de Siemens travaillant sur plus de 125 sites dans 43 pays.

Accélération de la prise de décision

Ce travail mobile a toujours existé au sein de l’entreprise mais pas avec une telle ampleur et pas érigé comme un élément fondateur et récurrent de la stratégie de développement durable de Siemens. La pandémie a été le catalyseur de cette décision. La crise du coronavirus a obligé des mesures de distanciation sociale et pour une majorité le télétravail. Elle a montré que travailler indépendamment d'un lieu fixe offrait de nombreux avantages et était possible à une échelle beaucoup plus large qu'on n’aurait pu le penser à l'origine. Des sondages réalisés au niveau mondial auprès des employés de Siemens ont confirmé leur désir d’une plus grande flexibilité pour décider de leur lieu de travail.

Evolution RH

L’augmentation de la mobilité des travailleurs implique un leadership différent qui met l'accent sur les résultats plutôt que sur le temps passé au bureau. Elle implique également l’acquisition et le déploiement de talents de communicateur.*
En choisissant et acceptant des contrats de travail qui ne soient plus dépendants de lieux fixes de travail, Siemens renforce sa capacité à recruter et fidéliser les meilleurs talents quel que soit leur lieu de résidence. Les professionnels des ressources humaines savent que permettre aux gens de travailler à domicile, ou à proximité de leur domicile, offre à leurs employés un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Cette stratégie du ‘work-remotely-anywhere’ permet également à Siemens d’accroître la diversité au sein de leurs équipes.

Challenge numérique

Au niveau de la digitalisation de l’entreprise, Siemens était déjà techniquement bien préparée. Grâce à leur infrastructure IT basée sur le cloud, l’entreprise a pu faire évoluer rapidement et facilement les solutions informatiques afin de mettre 300 000 employés en mesure de travailler à domicile. Et avec près de 800 000 réunions en ligne par jour, les collaborateurs peuvent déjà aisément et efficacement travailler à distance

Le futur du travail

Dans cette période d’incertitude et de doute quant au futur du bureau et notamment de la superficie de bureaux que les entreprises nécessiteront à l’avenir, la prise de position et prise de décision d’un poids lourd comme Siemens fait date. Le groupe Siemens basé à Munich est une des plus importantes sociétés industrielles en Europe et certainement la plus grande en Allemagne. Les géants du web – Twitter, Microsoft; Google , Amazon et autres -; des société IT comme Salesforce ou Paypal; des acteurs du monde financier tels Morgan Stanley se sont également fortement engagées dans cette voie du travail du futur en augmentant les possibilités du travail à distance. D’autres suivront.

Ces décisions seront d’autant plus facilitées par les directeurs financiers qui voient des économies potentielles substantielles en n'ayant pas à signer de baux locatifs coûteux pour héberger des milliers de travailleurs qui, pour des sociétés de services, constituent le deuxième poste de coût après les salaires.
De plus les dirigeants de ces entreprises remportent une victoire en matière de relations publiques, car ils peuvent affirmer que leur entreprise assume en partie par ce biais leur responsabilité sociétale en contribuant activement aux objectifs climatiques en ne demandant pas à leurs employés de se déplacer quotidiennement pour venir travailler au bureau.

_______________________________________________________________________________________________

*Lire aussi [ Nouvelles compétences requises pour mieux gérer les travailleurs nomades ]

_______________________________________________________________________________________________
Didier Van Den Eynde
07-10-2020