FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Les entreprises néerlandaises optent pour des espaces de bureaux verts

Les entreprises néerlandaises optent pour des espaces de bureaux verts

(photo: <a href='https://nl.123rf.com/profile_nicoelnino'>nicoelnino</a> - 123RF)
(photo: nicoelnino - 123RF)

Au cours de la dernière décennie, la demande en espaces de bureaux portant le label énergétique A ‘vert’ a doublé chez nos voisins du Nord. En 2011, un peu moins du quart des surfaces de bureaux louées pouvaient avancer le meilleur label énergétique possible ; un chiffre aujourd’hui stabilisé à 53%. La demande de surfaces de bureaux offrant de bonnes performances énergétiques augmente plus rapidement dans les cinq plus grandes villes néerlandaises : Amsterdam, Rotterdam, Den Haag, Utrecht et Eindhoven. Aux Pays-Bas, le choix des surfaces de bureaux est de plus en plus influencé par les références ESG (environmental, social, governance). Les organisations s’efforcent de réduire l’empreinte écologique, laquelle est fortement impactée par le choix du bâtiment.

On note cependant des différences notables entre les entreprises et les emplacements. Ainsi, la Randstad – la grande zone urbaine rassemblant les plus grandes agglomérations des Pays-Bas : Amsterdam, Rotterdam, Den Haag et Utrecht – est le lieu de prédilection des startups, des scale-ups et des entreprises (inter)nationales. « Elles sont plus axées sur la durabilité que les PME dans les villes de taille moyenne hors de la Randstad », signale Lotte de Jong, Head of Tenant Representation chez Savills aux Pays-Bas. « Le plus grand enregistrement d’espaces de bureaux durables se situe donc dans les grandes villes néerlandaises comme Amsterdam (70%), Rotterdam (60%) et Utrecht (67%) ».

Le marché immobilier est partagé
Le choix d’un espace de bureau portant un label énergétique favorable va de pair avec la volonté de payer des loyers plus élevés, d’après l’analyse de 12.000 transactions immobilières réalisées au cours de la dernière décennie. Un constat qui peut être inversé : les locataires sont de moins en moins enclins à payer pour des bâtiments non durables (label énergétique B ou moins). Savills Nederland s’attend à ce que l’écart entre les loyers de bureaux portant un label énergétique bon ou moins bon augmente rapidement et que les organisations posent des exigences plus strictes en matière de durabilité. Par ailleurs, la valeur des bâtiments durables va augmenter alors que celle des bureaux non durables va se contracter.

Savills Nederland conseille donc aux investisseurs de se tourner vers l’avenir et d’entreprendre des actions rapides pour pérenniser leur portefeuille de bureaux. La demande en bureaux disposant d’un label énergétique attrayant augmente mais l’offre ne suit pas. Actuellement, 11% des surfaces de bureaux disponibles aux Pays-Bas ne sont pas conformes à la nouvelle législation qui sera d’application au 1er janvier 2023. Plus dramatique encore, près d’un tiers (32%) des bureaux ne peuvent présenter de label énergétique. Le plus grand retard en termes de durabilité – tant l’enregistrement que la disponibilité des surfaces de bureaux – se situe à Den Haag et à Eindhoven.
Eduard Codde
03-11-2021