FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Le budget mobilité, surtout une affaire de grandes organisations

Le budget mobilité, surtout une affaire de grandes organisations

(photo: <a href='https://nl.123rf.com/profile_boarding1now'>boarding1now</a> - 123RF)
(photo: boarding1now - 123RF)

Le budget mobilité offre aux salariés la possibilité d'échanger leur voiture de société contre un budget annuel, calculé sur la base du TCO pour l'employeur du type de voiture de société utilisée, afin qu'ils puissent répondre individuellement à leurs besoins de mobilité. Par exemple, ils peuvent opter pour une voiture durable plus petite, combinée avec un vélo électrique et éventuellement aussi de l'argent liquide (salaire supplémentaire en fin d'année).

Bien que le budget mobilité comprenne beaucoup de flexibilité et d'individualité, il est difficile de percer. Les petites organisations en particulier ont des difficultés avec cela, selon une récente enquête de SD Worx.
Selon l'enquête menée en juin de cette année par SD Worx auprès de 612 chefs d'entreprise et responsables de personnel de PME, le concept de budget mobilité est suffisamment connu. Pourtant, en Flandre, seuls 2,5% envisagent d'en créer un pour leurs employés. En Wallonie, le chiffre est même inférieur à 1 %, tandis qu'à Bruxelles, 8 % voudraient commencer par un budget de mobilité. Environ quatre PME sur dix en Flandre et à Bruxelles disent même un « non » résolu à la formule. La moitié des PME retardent le changement en raison de trop nombreux facteurs bloquants.
Annelies Rottiers, conseillère stratégique PME chez SD Worx: « L'une des raisons qui est négligée est que la part du lion des voitures de société sont des voitures de fonction, ce qui signifie qu'une voiture est toujours nécessaire pour rendre visite aux clients et que le salarié ne peut pas déterminer librement sa mobilité. Cependant, le budget mobilité peut aussi être intéressant ici, en choisissant une voiture plus petite et en utilisant un budget plus limité sur, par exemple, un vélo ou la location d'une voiture plus grande pendant les vacances d'été ».
Plus tôt cette année, en mars, environ 16 % des PME ont indiqué qu'elles s'attendaient à une demande de budget mobilité de la part de leurs employés en 2022.

Facteurs de blocage
Près de quatre PME sur dix (38,9 %) souhaitent s'engager pleinement dans l'écologisation de leur flotte de véhicules, mais près de la moitié (48,5 %) déclarent attendre un peu plus longtemps avant de changer en raison de trop d'obstacles ou de défis. Près d'un quart (24,3%) misera sur des voitures plus petites ou tentera de réduire le parc (24,7%). Aujourd'hui, 59% des PME essaient de minimiser les déplacements. Environ 18 % indiquent qu'ils n'auront plus besoin de voitures de société à l'avenir.
« Des facteurs bloquants comme la complexité administrative, la demande limitée des salariés, le prix de revient des voitures électriques et l'ambiguïté fiscale concernant la recharge à domicile pour ce qui est de l'avantage en nature sont certainement encore des pierres d'achoppement pour l'écologisation », déclare Annelies Rottiers de SD Worx.

Eduard Codde
07-09-2022