FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Économie circulaire à grande échelle

Économie circulaire à grande échelle

L’asbl Recupel est une référence dans le monde des consommateurs depuis de nombreuses années déjà. Cette organisation veille à ce que les appareils électriques mis au rebut soient collectés et traités de manière durable et rentable. Toutefois le but n’est pas de ne s’adresser qu’au seul marché des consommateurs. Le marché professionnel compte un nombre gigantesque d’appareils électriques en fin de vie et qui aspirent à une solution similaire.

Bruno Fierens, porte-parole de Recupel : « En 2007, nous avions déjà commandité une étude portant sur une approche organisée des déchets électriques professionnels. Les hôpitaux et les laboratoires médicaux regorgent d’appareils électriques et de matériel qui doivent être collectés et traités, mais la situation est plus complexe que dans le cas d’appareils domestiques. » En achetant un appareil électroménager, l’acheteur paie une contribution pour le traitement de l’appareil en question à la fin de son cycle de vie. Dans le cas d’appareils professionnels, une contribution est également prévue, mais celle-ci couvre à peine le traitement administratif mais ni la collecte ni le traitement. Bruno Fierens : « Pour les hôpitaux et les laboratoires médicaux, cette matière est en général assez sensible, ne serait-ce qu’en raison de la philosophie ESR. La procédure à suivre est encore trop floue et il reste donc un long chemin à parcourir. Recupel conseille le secteur des soins par rapport à cette problématique. »

Partenaires certifiés
Pour l’enlèvement et le traitement de déchets électriques professionnels, Recupel recommande de s’adresser à un recycleur professionnel agréé par Recupel. C’est la garantie d’un traitement totalement adéquat. « Dans certains cas, cela coûtera de l’argent mais pour une série d’appareils, cela peut aussi en rapporter », complète Bruno Fierens. « Recupel applique des critères stricts pour l’agréation des partenaires, tant sur le plan des normes de recyclage que du reporting. Résultat : 90 % des produits collectés sont recyclés, un tour de force réalisé presque exclusivement par des entreprises belges. »

La Belgique donne le bon exemple
En 2014, le monde a produit 42 millions de tonnes de déchets électriques dont moins d’un tiers, selon les estimations, est collecté et recyclé. Ce tonnage croît en outre chaque année de 4 % en moyenne.
En Belgique, 39 % des déchets électroménagers sont aujourd’hui collectés et traités. Soit 111.355 tonnes de déchets électr(on)iques en 2015. La Belgique fait ainsi 2,5 fois mieux que l’objectif fixé pour les membres de l’UE ! L’objectif européen a été revu à la hausse l’an passé puisque tous les États membres devront collecter 65 % de ce type de déchets d’ici à 2019. « Le recyclage électrique en Belgique est une économie circulaire à grande échelle à laquelle nous pouvons et devons tous participer », insiste Bruno Fierens.
Une étude effectuée en 2011 a montré qu’en Belgique, nous n’avons inventorié que 70 % des flux de déchets électriques. Bruno Fierens conclut : « Pour l’enlèvement et le traitement de déchets électriques professionnels, le potentiel est énorme, car les entreprises en sont pleines. Il s’agit maintenant d’utiliser au maximum les possibilités de recyclage existantes. »

Pour plus d’informations, voir www.recupel.be
Eduard Codde
15-09-2016