FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Le climat intérieur sous la loupe

Le climat intérieur sous la loupe

(photo: <a target='_blank' style='text-decoration: underline' href='https://nl.123rf.com/profile_dmitriykha'>dmitriykha</a> - 123RF)
(photo: dmitriykha - 123RF)

La pandémie du Covid-19 a attiré l’attention sur la qualité de l’air intérieur, en particulier dans les lieux où de nombreuses personnes se rassemblent comme les bureaux, les établissements d’enseignement, les espaces publics, … Si l’amélioration de la qualité de l’air intérieur est une louable, sa surveillance en permanence via des mesures et un monitoring est un must. Les appareils de mesure de CO2 apportent une contribution précieuse à cet égard. Si la mesure et la surveillance de la qualité de l’air sont étroitement liées, il y a cependant quelques différences. Dans le cas de la ‘mesure’, il s’agit d’un instantané, tandis que le monitoring est un processus de surveillance en continu, dont les mesures successives forment la base.

La mesure est importante et permet d’intervenir rapidement et adéquatement à partir de valeurs objectives. Les appareils de mesure de CO2 sont faciles à lire car, outre l’indication du taux de CO2 en ‘parts per million’ (ppm), un code couleur est utilisé. Le vert indique une bonne qualité de l’air, le jaune une qualité modérée et la recommandation de ventiler, alors que le rouge signifie qu’il faut quitter le local et réaliser un renouvellement d’air complet. Les appareils de mesure de CO2 permettent donc aux personnes d’entreprendre des actions.

Recommandations pour les valeurs de mesure de CO2 dans les espaces intérieurs
La valeur de mesure est indiquée en ppm. Une concentration de 1 ppm signifie la présence d’une part de produit sur un total d’un million de parts.
  • 400 ppm est considéré comme le niveau de l’air extérieur.
  • L’appareil de mesure de CO2 affiche un code vert lorsque les valeurs sont comprises entre 400 et 800 ppm.
  • Le code orange indique une qualité de l’air intérieur moyenne comprise entre 800 et 1200 ppm.
  • Lorsque le code est rouge, la concentration est supérieure à 1200 ppm, une limite pour l’air intérieur.
Le monitoring à distance est parfaitement possible. Les données générées à partir de plusieurs appareils de mesure de CO2 (plusieurs locaux, plusieurs bâtiments) peuvent être analysées à tout moment pour déterminer où la qualité de l’air est la plus médiocre et où des adaptations structurelles s’avèrent utiles. Il peut s’agir d’une augmentation du débit d’air du système de ventilation, d’une meilleure répartition des grilles de ventilation par rapport à la superficie, d’un ajustement de la maintenance du système de ventilation, … Les techniques numériques actuelles comme l’IoT se prêtent parfaitement à l’implémentation de systèmes de mesure et de surveillance de la qualité de l’air intérieur dans la gestion des bâtiments.

Purifier l’air pour combattre le corona
Le Technology Research Centre (VTT) gouvernemental finlandais a publié les résultats d’une étude laboratoire indépendante portant sur l’efficience de l’électrofiltration de l’air intérieur pour combattre le COVID-19.

VTT est l’une des plus importantes institutions de recherche en Europe et un partenaire proche du VITO flamand. La purification de l’air par électrofiltration peut éliminer 99,999% du coronavirus présent dans l’air intérieur endéans les deux heures. L’électrofiltration est une méthode qui combine la filtration membranaire et l’électrophorèse dans un processus ‘dead-end’.

Pour cette étude, qui a eu lieu en août 2020, le VTT a utilisé une unité de décontamination de l’air de fabrication finno-belge. D’après les résultats, le système est capable, après un quart d’heure, d’éliminer 90% du coronavirus présent dans l’air. Après une demi-heure, le taux est de 99% et après deux heures, l’air est épuré à 99,999%.

Le centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) reconnaît lui aussi le risque de contamination au coronavirus par l’air intérieur. Le virus peut se propager via des aérosols, et les particules peuvent flotter dans l’air pendant trois heures dans des espaces clos. L’ECDC souligne l’importance de la ventilation et de la purification de l’air – lorsque la ventilation est insuffisante voire impossible – pour freiner la propagation du coronavirus.
Eduard Codde
08-02-2021