FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Une excellente année pour les TIC

Une excellente année pour les TIC

(photo: <a href='https://nl.123rf.com/profile_funtap'>funtap</a> - 123RF)
(photo: funtap - 123RF)

La crise sanitaire a entraîné un certain nombre de développements positifs pour le secteur des TIC (Techniques de l'Information et de la Communication). Sur la une se profile la numérisation accélérée dans de nombreuses organisations, suite de l’obligation pour travailler à domicile, aussi-bien que l’enseignement à distance qui est devenu la norme. Ainsi, le cloud a encore gagné en attractivité. Avec 275 millions d’appareils vendus, soit une augmentation mondiale de 4,8 %, le marché du PC a réalisé l’année dernière sa plus forte croissance annuelle depuis 2010. La forte demande de serveurs provenait d’une poignée de grands acteurs du cloud, appelés hyperscalers et portant des noms célèbres comme Google, Microsoft et Amazon. Selon le bureau d’études Gartner, ils ont représenté plus de 65 % de la demande totale de serveurs en 2020. Surtout pendant le premier semestre, ils se sont empressés d’ajouter de la capacité à leurs centres de données afin de pouvoir répondre à la demande supplémentaire lors les confinements successifs.

Approche hybride pour les centres de données
Les entreprises sont toujours moins susceptibles d'externaliser leurs centres de données vers le cloud, peu importe que cela soit attractif aujourd’hui. Le propre centre de données local (on-premise) reste conservé, mais sous une forme plus petite. Généralement, l’attente est que les applications lourdes et critiques pour les activités, comme ERP par exemple (Enterprise Resource Planning), ne disparaissent pas si rapidement du centre de données central.

C'est pourquoi, en pratique, la plupart des entreprises optent pour une approche hybride. Cela correspond concrètement à la combinaison soigneusement étudiée de leur infrastructure sur site avec un ou plusieurs clouds publics. En plus, les entreprises ajoutent souvent un volet pour l’edge computing. Avec l'edge computing, les données produites par les appareils IoT sont traitées. Les données sont traitées en périphérie du réseau, et non par le système de traitement central (d’où le terme edge).

L'intérêt pour l'edge computing est aussi le résultat de l'introduction (encore lente) de la 5G. Les entreprises déplacent le poids de leur puissance de calcul vers des centres de données locaux plus petits situés, à la périphérie du réseau (= edge), près des appareils et des utilisateurs qui sont connectés à ce réseau. Combinée aux débits de données supérieurs du réseau 5G, cette latence (retard dans le flux de données) réduite permet à l’internet des objets (IoT) de tenir sa promesse en permettant à des appareils intelligents de collaborer efficacement. Le bureau d’études IDC s’attend à voir le stockage, le traitement et l’analyse de 40 % de toutes les données IoT migrer à la périphérie du réseau.

Investissements TIC pour les télétravailleurs
Les études de marché annuelles de Beltug, la plus grande association belge de décideurs ICT, montrent que les investissements TIC ont augmenté dans près de la moitié (46 %) des grandes organisations employant plus de 200 collaborateurs, et sont restées stables dans près d’un tiers (32 %) d’entre elles. Les domaines technologiques qui ont le plus progressé en 2020 sont les réseaux, la sécurité et les outils de collaboration en ligne. Inutile de dire que l’impact de l’adoption massive du télétravail sous l’effet de la pandémie en est la cause.

Pas moins de 99 % des grandes organisations utilisent actuellement des plateformes logicielles telles que Microsoft Teams. Une majorité nette (56 %) a également investi dans du hardware adapté pour les télétravailleurs, comme des écrans d’ordinateur (supplémentaires) et des casques d’écoute.

Du business numérique
Le commerce numérique est la tendance technologique dominante cette année. L’informatique dans le cloud et la sécurité en sont les deux aspects majeurs. Les organisations continueront d’investir dans des initiatives d’optimalisation, telles que l’hyperautomatisation. Pour survivre dans un monde post-corona dans lequel le travail à distance gagnera encore plus en importance, les entreprises se verront contraintes jusqu’en 2024 d’accélérer leurs plans de transformation numérique d’au moins cinq ans.

Selon les analystes, tous les segments de dépenses en TIC devraient encore croître cette année. Gartner prévoit une hausse de 8,8 %, pour le logiciel d’entreprise. Pour le segment du hardware, la société mondiale de recherche et de conseil en technologies de l'information, annonce une croissance de 8 %. Les tablettes et ordinateurs portables pour les étudiants y jouent un rôle de premier plan, compte tenu de la continuation de l'enseignement à distance.
Eduard Codde
17-06-2021