FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Faible taux d’occupation, mais les coûts restent élevés

Faible taux d’occupation, mais les coûts restent élevés

(photo: <a href='https://nl.123rf.com/profile_dotshock'>dotshock</a> - 123RF)
(photo: dotshock - 123RF)

L’«Occupiers Cost Index» (OCI), qui est calculé chaque année par Colliers International, est une constante utile dans les divers rapports dont les facility managers peuvent extraire de l’information pour les réexaminer à la lumière de leurs propres données chiffrées. L’OCI donne le coût des bureaux par collaborateur et par an, sur base de la norme facilitaire européenne EN 15221. Le rapport rassemble des données de 29 pays et comporte 3.990 bâtiments, pour un total de 26,1 millions de mètres carrés de surface de bureaux. L’OCI est le résultat des coûts de quatre catégories : bâtiment et infrastructure, personnel et organisation, ICT et management.

De manière générale, l’an passé, les grands investissements dans les bâtiments et l’environnement de travail ont été postposés. Les coûts liés, par exemple, aux services de réunion n’étaient pas comptabilisés, mais de ce fait, des coûts plus élevés intervinrent comme indemnités liés au télétravail et/ou à une surcharge de nettoyage répondant aux mesures d’hygiène accrues.

L’année 2020 fut dans toute l’Europe caractérisée par de longues périodes de télétravail. Pourtant, les bureaux vides n’ont eu que peu de répercussions sur les dépenses des entreprises. Le coût d’un collaborateur/d’une collaboratrice à temps plein est resté quasiment inchangé. L’OCI a calculé un coût moyen de 9468 euros, soit 2% de moins que l’année précédente. Pour les employés de bureau néerlandais, la baisse fut également de 2% ; il en résulte ici un prix de revient de 9318 euros par ETP. Le rapport indique que les prestations de service sur le lieu de travail ont probablement été adaptées au faible taux d’occupation, mais que peu ou pas de contrats en cours ont été révisés. Cela vaut tout particulièrement pour les restaurants d’entreprise. La conclusion est la suivante : les contrats actuels en facility management et logement sont peu flexibles.

Les pays les plus chers et les meilleur marché
Le classement des pays les plus chers et les meilleur marché en matière d’exploitation de bureaux reste relativement identique. La Bulgarie s’affiche à nouveau comme le pays le moins cher au sein de l’Europe. Ce pays enregistre les prix à la location les plus faibles, et le travail y est toujours aussi bon marché. Le prix de revient du bureau par ETP/an y est d’à peine 2689 euros. La Bulgarie est suivie par la Croatie avec 4037 euros par ETP/an. Vient ensuite la Hongrie avec 4162 euros. L’OCI mentionne que le coût du travail augmente depuis quelques années en Europe de l’Est.

Cela ne surprendra personne que la Suisse conserve sa position de pays le plus cher d’Europe en 2020. On y remarque une hausse des coûts de 2%. Les entreprises doivent tenir compte en Suisse d’un coût des bureaux par ETP/an de 18.713 euros, soit presque le double de ce qu’elles devraient payer aux Pays-Bas. Par conséquent, la Suisse accroît sa position de pays le plus cher par rapport à la Norvège et à la Suède. En Norvège, les coûts ont baissé de 7%, pour arriver à 16.645 euros par ETP/an. La Suède a enregistré une baisse de 5%. Un bureau y coûte 16.231 euros, soit quatre fois plus qu’ en Croatie. Les Pays-Bas se classent dans la moyenne européenne, ce que l’OCI attribue à des prix du bâtiment relativement bas. La catégorie ‘bâtiment et infrastructure’ se situe à la 17e place sur 29 pays. La catégorie ‘personnel et organisation’ (tous les services destinés à rendre le lieu de travail plus agréable et plus sûr, comme le catering, l’accueil, la sécurité, etc.) est plus chère par rapport à la moyenne européenne : les Pays-Bas y occupent la 7e place sur 29. L’explication à cela est le coût plus élevé du travail.

Pour les données spécifiques au marché belge des bureaux, il faut encore un peu patienter, mais en attendant, il nous semblait intéressant de partager les conclusions néerlandaises.
Eduard Codde
19-11-2021