FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Les chefs d’entreprise vont être en mauvaise posture s’ils n’adoptent pas le travail hybride

Les chefs d’entreprise vont être en mauvaise posture s’ils n’adoptent pas le travail hybride



Certaines entreprises ont senti le vent tourner et proposent déjà une forme ou l’autre de travail hybride, flexible ou à distance. D’autres hésitent toujours à introduire des politiques temporaires ou innovantes. Pour surmonter bon nombre de ces défis, les entreprises, grandes et petites, n’ont eu d’autre choix que de s’appuyer principalement sur la technologie. En tant qu’entreprise promouvant les espaces de travail hybrides, nous examinons régulièrement la manière dont les organisations répondent aux demandes des employés, qui veulent des espaces de travail adaptés à leurs besoins. La dernière étude de Poly – Recruit, Retain & Grow – analyse les politiques de travail, la culture et le bien-être en sondant plus de 2 500 décideurs mondiaux. Elle révèle certaines attitudes et attentes clés de l’après-pandémie, à savoir:
  • Le recrutement et la rétention sont menacés – 58 % des organisations ont constaté une accélération de la rotation du personnel pendant la pandémie
  • La stratégie et l’égalité ne sont pas alignées – le rapport montre clairement qu’il est essentiel de développer une stratégie de travail hybride efficace et centrée sur l’employé, mais à peine 37 % des entreprises sont prêtes à court terme
  • La productivité est en hausse mais à quel prix ? Plus de 7 entreprises sur 10 ont constaté une augmentation de la productivité grâce au travail hybride, mais le risque d’épuisement professionnel est en hausse et 67 % des dirigeants affirment désormais qu’ils ont le devoir moral de protéger leurs employés du surmenage

L’efficacité du travail hybride repose sur une technologie et des dispositifs appropriés, qui visent à améliorer l’expérience des employés. Poly montre que les investissements dans ce domaine ont explosé, les organisations dépensant ou prévoyant d’investir dans des logiciels collaboratifs (92 %), des casques (89 %) et des caméras (86 %). Toutefois, ce qui motive réellement les gens, c’est l’expérience du travail, la qualité du lien et la façon dont nous interagissons via l’écran. En favorisant cette connexion émotionnelle, on noue des liens plus forts, ce qui renforce la fidélité et améliore les résultats en général.

Guy Leysen
23-08-2022


 Vers le site >>