FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Le premier OCI européen est disponible

Le premier OCI européen est disponible

Comparatif des composantes de l'Occupancy Cost Index pour les différents pays européens.
Comparatif des composantes de l'Occupancy Cost Index pour les différents pays européens.

L’ « Occupiers Cost Index » a été publié pour la première fois par AOS Studley en décembre dernier. C’est une double première, puisque pour la première fois un outil permet de comparer valablement des coûts d’occupation entre pays d’Europe mais aussi parce que c’est le premier index publié à se baser sur la nouvelle norme européenne EN 15221. Le calcul se base sur des données portant sur 2800 bâtiments (représentant 25 millions de mètres carrés), accumulées pendant plus de 10 ans dans 22 pays européens. Le résultat : une moyenne européenne de 8350 € par ETP (équivalent temps plein), avec des extrêmes allant de l’ordre de 15000 €pour la Suisse à environ 3750 pour la Hongrie.

Qu’en ressort-il pour la Belgique ?
Notons d’abord que l'index est fondé sur trois composantes : l’Espace et Infrastructure (coûts et investissements relatifs au bâtiment), les Personnes et Organisation (coûts des services facilitaires) et l’ICT (coûts et investissements relatifs aux technologies informatique et de communication). Dans cette analyse, la Belgique présente des coûts plus élevés qu’ailleurs en matière salariale et plus faibles qu’ailleurs en termes d’immobilier. Le total place notre pays légèrement au-dessus de la moyenne européenne, avec 9170 € par ETP. Il se situe dans la même catégorie que les Pays-Bas et l'Allemagne (ou légèrement plus haut), mais il est significativement meilleur marché que la France et le Grand-Duché de Luxembourg.

OCI belge versus OCI européen : pourquoi une différence ? Ceux qui suivent avec attention l’OCI belge publié chaque année depuis 2006 par AOS Studley s’étonneront de la différence entre ce chiffre de 9170 € pour l’OCI belge « européen » et 11776 € pour l’OCI « belgo-belge ». L’explication de cette différence est double : tout d’abord l’OCI européen est calculé selon la norme EN 15221 et non plus selon une norme interne à AOS Studley. La norme européenne ne tient pas compte de certaines catégories de coûts, notamment ceux des facilités externes. Ensuite l’OCI européen se rapporte à un ETP alors que l’OCI belge se rapporte à un poste de travail. Or l’on sait que de plus en plus d’entreprises prévoient moins de postes de travail que d’ETP. Le dénominateur de la fraction n’est donc pas le même.
Il est d’ailleurs à prévoir que le futur OCI belge soit désormais calculé selon le nouveau référentiel et que les comparaisons avec les années précédentes en soient rendues difficiles (sauf si AOS Studley met à disposition les deux valeurs).
Cela dit, les chiffres absolus importent moins que les tendances : « Si un facility manager observe sur son marché un tendance à la hausse de l’OCI et que dans son entreprise il a réussi à maîtriser ou à faire baisser les coûts, il peut se dire qu’il a bien travaillé », commente Patrick Waûters, Director Facility Management Consulting chez AOS Studley.

>Délocaliser ? Jouable ?
Selon Patrick Waûters, les situations où cela est financièrement intéressant sont rares. « Certes, les coûts salariaux du personnel des entreprises de services facilitaires sont plus élevés dans notre pays, admet-il, mais il faut observer que, proportionnellement, ces coûts sont assez faibles par rapport à ceux du personnel propre de l’entreprise. Or c’est à cela qu’une entreprise doit d’abord penser pour le choix de son implantation : où est mon personnel ? Où sont mes clients ? Où sont mes fournisseurs ? Et quant aux coûts des services, il y a toujours moyen de les réduire en les ajustant aux besoins réels. Par exemple en faisant nettoyer une salle de réunion seulement si elle a été utilisée et non plus parce que c’est le jour du nettoyage… »
Patrick Bartholome
29-01-2013