FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » La crise sanitaire rebat les cartes pour le secteur du Facility Management en France

La crise sanitaire rebat les cartes pour le secteur du Facility Management en France

(photo: <a target='_blank' style='text-decoration: underline' href='https://nl.123rf.com/profile_gorodenkoff'>gorodenkoff</a> - 123RF)
(photo: gorodenkoff - 123RF)

Les acteurs du Facility Management se trouvent entre des mesures sanitaires, tensions sociales et économiques. « Ce qui est sûr, c’est qu’il y a tout de même un impact dans les métiers du FM, avec des variations différentes selon les activités, dont certaines sont d’ailleurs très ralenties », souligne Éric Lefiot, président du Sypemi, le syndicat des professionnels du Facility Management en France, qui représente près de 90% du secteur et regroupe 23 entreprises. « Négociation de contrats à la baisse et diminution des prises de nouvelles surfaces devraient être à l'ordre du jour » prédit Xerfi Percepta, une référence des études sectorielles en France. Selon les prévisions du cabinet Xerfi, le chiffre d’affaires des acteurs FM devrait s’inscrire en repli de 4 % en 2020 avant de rebondir de 3 % en 2021. Une évolution inédite dans la période récente pour un marché structurellement en phase d’expansion.

Le Facility Management a gagné en visibilité sous l’effet de la crise sanitaire. Pendant la crise, les acteurs FM ont cherché à adapter leur offre et leur organisation au contexte de crise, en procédant à des redéploiements d’effectifs des secteurs à l’arrêt (comme par exemple l’aérien) vers ceux dont les besoins ont augmenté pendant le confinement (santé ou agroalimentaire notamment). Certains métiers ont particulièrement bénéficié de cette mise en lumière comme la propreté et la sécurité. « C’est un moment de mise en visibilité des métiers du FM. Mais cette dernière ne sera que temporaire, note Xavier Baron, sociologue et fondateur du CRDIA (Consortium de recherche en France). « Le risque est de voir des entreprises se saisir de l’occasion pour descendre une marche dans le niveau de qualité attendu avec, à la clé, une dégradation des conditions de travail et une nouvelle tension sur les tarifs »

Des opportunités pour les professionnels du Facility Mangement
À court terme, les professionnels du Facility Mangement vont devoir composer avec des entreprises clientes durablement fragilisées, comme dans l’automobile ou l’aéronautique. La chasse aux coûts pourrait bien être source d'opportunités pour ces derniers. « Leur capacité à réduire les charges, promesse phare des professionnels, constituera plus que jamais un argument de séduction » analyse Vincent Desruelles, directeur d’études chez Xerfi. « Sous réserve de clarifier leur promesse de valeur, le secteur pourrai profiter du mouvement de fond en matière d’externalisation des fonctions non stratégiques de l’entreprise. La capacité à répondre à des enjeux ESG (environnementaux, sociétaux et de gouvernance) en matière de contrôle des consommations d’énergie et de prise en compte de la qualité de vie au travail sera enfin déterminante ».

Les mutations de l'environnement de travail (réduction des m² occupés, télétravail…) ouvrent par ailleurs la voie à de nouveaux services, en particulier à destination des occupants. « En plus de tirer parti de la révolution des usages, les professionnels vont devoir adapter leurs stratégies de croissance et miser sur les segments les plus porteurs comme le pilotage de la consommation d'énergie », ajoute Vincent Desruelles.

Le Facility Management à horizon 2025
Les acteurs sont par ailleurs bien placés pour répondre à la forte demande de réduction de coûts de leurs donneurs d’ordres, via l’externalisation. Mais les mutations accélérées du monde du travail et des organisations des entreprises imposent de faire évoluer l’offre. Les mutations de la demande favoriseront les acteurs de taille importante, en mesure de proposer davantage de flexibilité contractuelle et qui ont pris le virage du « workplace management ». Les investissements à consentir dans le cadre de la performance énergétique joueront aussi en faveur des grands groupes.

L’enquête « Le marché du facility management à horizon 2025 » de Echos Etudes, conclut que l’évolution du facility management va exiger « à la fois une vision globale de l’entreprise, transversale entre hard FM et soft FM, et simultanément une expertise de plus en plus pointue des métiers du FM, notamment dans le hard FM ». L’objectif étant de proposer des offres de plus en plus personnalisées à l’entreprise donneur d’ordres et sources de valeur ajoutée pour l’utilisateur final.
Eduard Codde
16-04-2021