FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Partir, mais quand-même rester…

Partir, mais quand-même rester…

(photo : © tomas1111/123RF.com)
(photo : © tomas1111/123RF.com)

La crise sanitaire actuelle a un impact majeur sur notre société. Le fait que le virus Corona et toutes les mutations qui en découlent nous tiennent toujours fermement, a été la raison d'imposer à nouveau une restriction pour le retour au bureau. À partir du 28 décembre 2021, quatre jours par semaine de télétravail doivent être la norme. Chez nos voisins du sud, la persistance du télétravail est une raison de réfléchir à la localisation du domicile, de sorte que de nombreux salariés tournent le dos à la capitale parisienne, tant aimée… Selon la dernière étude de l’organisation internationale ‘Great Place to Work’, 69% des Français ont entrepris des démarches pour quitter Paris, ce qui est argumenté par la suite de confinements jugés difficiles à vivre.

Au cours des deux dernières années, les employés ont remis en question beaucoup de choses. Les premières choses qui pourraient déclencher un déménagement de Paris sont le désir d'un meilleur cadre de vie, plus serein, plus vert et moins cher. Le fait que des employées quittent Paris n'est pas nouveau en soi, mais l'étude de ‘Great Place to Work’ montre désormais que ceux qui envisagent de déménager souhaitent conserver leur employeur. Plus qu’un tier (35%) déclarait d’envisager de quitter la capitale tout en conservant leur emploi parisien, espérant d’améliorer ainsi leur qualité de vie. La nouvelle flexibilité de travail acquise durant la crise sanitaire le rend possible.

Bien que cela ne soit peut-être pas un problème pour les quelques organisations qui ont opté pour le télétravail à 100 %, c'est légèrement différent pour les entreprises qui ont adopté le travail hybride comme nouvelle norme. De nouvelles questions se posent : faut-il imposer une distance maximale entre le domicile et le lieu de travail ?; quel est le nombre minimum de jours de présence au bureau attendu ?; qu'en est-il des frais de déplacement ? Faudra-­t-il finalement choisir entre épanouisse­ment professionnel et épanouissement personnel ?

Habitez plus loin du travail au lieu de plus près ?
Les Français sont de plus en plus nombreux à ne plus vouloir être restreints par leur vie professionnelle et à choisir de déménager loin de leur lieu de travail. Le Sud de la France est plébiscité, pour la qualité de vie et le dynamisme économique de Bordeaux, Aix-en-Provence et Toulouse, plaçant Paris à la quatrième position du classement. Lyon et Montpellier suivent sur la cinquième et sixième place. Néanmoins, cette préférence pour ces villes régionales s’accompagne de nouvelles attentes : les Français souhaitent pouvoir bénéficier de la même qualité de vie au travail où qu’ils soient en France.

La démocratisation du télétravail, accélérée par la crise sanitaire, a fait décider un nombre important de Français de déménager loin de leur lieu de travail, mettant leur entreprise devant le fait accompli. Selon l'étude ‘Great Insights’ réalisée par Great Place To Work, les Français privilégient aujourd’hui la qualité de vie (54%), les relations qu’ils entretiennent (14%) et le coût de l’immobilier (12%) dans le choix de leur lieu de résidence, ceci en quête d’équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle. Il s’agit de nouvelles attentes qui ne signifient pas toujours qu’ils envisagent de construire une vie ailleurs : 48% des Français indiquent ainsi qu’ils vivent dans l’une des villes qu’ils ont sélectionnée parmi leurs préférées. Autre constat : les Français sont moins disposés que par le passé à déménager pour leur travail, surtout les moins de 35 ans. Le choix du lieu de résidence n’est plus un choix par défaut, mais au contraire une décision réfléchie avec l’émergence de nouvelles aspirations.
Eduard Codde
07-01-2022