FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » La numérisation crée de l'incertitude parmi les employés

La numérisation crée de l'incertitude parmi les employés

(photo: <a href='https://nl.123rf.com/profile_goodluz'>goodluz</a> - 123RF)
(photo: goodluz - 123RF)

La numérisation est évidente dans presque tous les environnements de travail, mais rends incertain 1 employé sur 3 en Belgique. C'est ce qu'a révélé une étude sur la précarité de l'emploi menée par StepStone et la KU Leuven. Pas moins d'un participant sur trois à l'étude craint que ses compétences actuelles ne soient pas suffisamment développées, tandis que 58 % déclarent avoir besoin d'une formation et d'un accompagnement supplémentaires en technologie pour continuer à exercer leur profession actuelle. Les avancées techniques et numériques actuelles amènent les salariés à remettre en question leurs connaissances et leurs compétences professionnelles. Par exemple, 36 % de tous les répondants craignent que leur niveau de compétence actuel ne soit pas suffisamment bon. Près de la moitié (49 %) déclarent même qu'à l'avenir, ils devront accomplir des tâches dans leur profession pour lesquelles ils ne sont pas bien formés actuellement.

Plus d'un quart des personnes interrogées (26%) affirment sans ambages que les compétences dont ils disposent actuellement seront bientôt obsolètes en raison des nouvelles technologies. Ils craignent qu'ils ne soient plus en mesure d'exercer leur métier à l'avenir car celui-ci changera considérablement du fait des nouvelles technologies.

La crise sanitaire a accéléré les développements technologiques et les processus d'automatisation chez de nombreux employeurs, notamment en enracinant une économie plus "sans contact". À l'été 2020, 57 % des employeurs belges ont déclaré qu'ils investiraient dans l'expansion de l'infrastructure numérique et technique dans les mois suivants. C'est l'une des explications possibles du fait que plus de la moitié des répondants (58 %) de l'étude la plus récente croient qu'ils ont besoin d'une formation supplémentaire en technologie pour demeurer dans leur profession.

L'utilisation généralisée de logiciels de collaboration tels que MS Teams est très explicite. Avant la crise sanitaire, de nombreux employés de bureau n'utilisaient ce type logiciels qu'une à deux fois par semaine. Maintenant, c'est plusieurs heures par jour. « Se débrouiller ne suffit plus. Les gens veulent se sentir à l'aise avec le logiciel qu'ils utilisent. En conséquence, la demande de formation a explosé », selon Steven Van Dalem, responsable de la formation et du développement chez StepStone.

Lié à l'âge
Comme on pouvait s'y attendre, les employés interrogés dans la tranche d'âge 50-65 ans ont donné les scores les plus élevés en matière d'incertitude quant à leurs compétences professionnelles. Il n'y avait pas de différence selon le sexe ou le genre.

L'incertitude quant à ses propres compétences entraîne une moindre implication dans le travail et une moindre satisfaction dans la vie et le travail. Plus d'un quart (27 %) de ceux qui ont donné un score élevé d'insécurité quant à leurs propres compétences ont déclaré qu'ils étaient moins impliqués dans le travail.

Bien qu'il n'y ait pas eu d'effet direct sur la performance au travail, une réduction du bien-être et de la satisfaction au travail et dans la vie peut à son tour affecter négativement la performance.

« Il est dans l'intérêt de chaque employeur d'investir dans la formation et le développement de ses employés. Ce n'est pas gratuit, mais le coût contraste fortement avec le coût de ne pas investir dans les gens. Avoir des employés heureux et bien formés se rentabilise toujours », conclut Steven Van Dalem.
Eduard Codde
24-01-2022