FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » L’OCI varie fortement au sein de l’Europe

L’OCI varie fortement au sein de l’Europe

(photo: © oscity - 123RF)
(photo: © oscity - 123RF)

Le coût de bureau par occupant et par an ou OCI (Occupier Cost Index) s’élevait à 11.520 euros en 2021. Une comparaison entre les pays européens place la Belgique à la 8ème place. La Suisse et ses €18.713 arrive en tête de cette liste européenne et reste le pays dont le coût de bureau est le plus élevé, suivi de la Norvège et de la Suède. La Bulgarie et ses €2.689 a le coût de bureau le plus bas par occupant. La Croatie et la Hongrie complètent le trio des pays européens ayant un OCI le plus bas.

Supérieur – inférieur
Chez nos voisins, l’Allemagne fait légèrement mieux que la Belgique avec un OCI de €11.446. Le coût de bureau y a augmenté de 2% l’année dernière. La France et le Luxembourg ont respectivement un OCI de €14.990 et de €14.828 par an, et sont respectivement 30% et 29% plus chers que la Belgique. Aux Pays-Bas, par contre, le coût de bureau par occupant n’est que de €9.318. C’est €2.202 ou 24% de moins que l’OCI belge et le pays se situe sous la médiane européenne. L’OCI a baissé de 2% chez nos voisins du nord par rapport à l’année dernière.

Annick Vandenbulcke, Managing Director de Colliers Belgium: « La Belgique se situe au-dessus de la médiane européenne car le nombre de mètres carrés de bureau par occupant est plus élevé que dans les pays limitrophes. Le nombre de mètres carrés est le principal moteur des coûts locatifs et facilitaires. Bien que de nombreuses entreprises soient passées aux concepts flexibles, le ratio entre le nombre de postes de travail et le nombre d’occupants reste relativement élevé. De plus, les coûts de personnel liés à la prestation de services facilitaires sont aussi élevés en Belgique. En ce qui concerne le nombre de mètre carré par occupant, nous attendons une diminution progressive suite à la stratégie des postes de travail post-covid mise en place par les entreprises. »

Impact du coronavirus sur le coût de bureau
En 2020, pratiquement tous les employés de bureau en Europe ont travaillé à la maison durant de longues périodes. Malgré les nombreux postes de travail restés vides, il y a eu peu de changement au coût d’un occupant (ETP) travaillant durant un an au bureau. L’environnement de travail a été adapté à la nouvelle situation via des interventions mineures. Les investissements plus importants dans le bâtiment et l’environnement de travail ont été reportés. La prestation de service au bureau a été ajustée au faible taux d’occupation mais les contrats existants comme les restaurants d’entreprise n’ont pas ou peu été adaptés. Les coûts variables ont été éliminés mais ils ont été partiellement remplacés par des coûts supérieurs pour les postes de télétravail.

Annick Vandenbulcke: « Cela montre que les contrats actuels de Facility Management et l’hébergement sont (trop) peu flexibles. La Belgique se situe au-dessus de la médiane européenne et des gains sont à faire, notamment dans la renégociation des contrats de location, une meilleure répartition des postes de travail et des services adaptés aux besoins. La renégociation n’est pas possible à tout moment lors d’un contrat de location, voilà pourquoi le mouvement est lent. Le changement pur et simple n’a pas non plus de sens car il faut prévoir un investissement de base pour l’agencement et quitter le bâtiment précédent lors d’un déménagement. »
Eduard Codde
27-01-2022