FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Les Pays-Bas donnent-ils l'exemple ?

Les Pays-Bas donnent-ils l'exemple ?

(photo: <a href='https://nl.123rf.com/profile_elnur'>Elnur</a> - 123RF)
(photo: Elnur - 123RF)

Nous l'avons déjà mentionné dans les éditions précédentes: les Pays-Bas exigeront un label énergétique C ou supérieure pour les bureaux à partir du 1er janvier 2023. Il reste donc moins d'un an pour adapter 43 % des 60 millions de mètres carrés d’espace de bureaux qui actuellement ne répondent pas à la nouvelle norme. Les propriétaires de ces bureaux risquent une amende ou peuvent être contraints de fermer. Un label énergétique est obligatoire pour la vente ou la location de surfaces de bureaux d'une surface utile d'au moins 100 m². Le label énergétique C signifie une consommation d'énergie primaire fossile de maximum 225 kWh par mètre carré et par an. « Demander un label peut déjà suffire à un tiers des retardataires », selon une étude du conseiller immobilier Colliers. Les immeubles de bureaux datant d'après 1989 obtiennent généralement une qualification C, car ils sont suffisamment économiques en consommation d’énergie. Cependant, il reste 16 millions de mètres carrés ou deux tiers de l'espace de bureaux existant, qui nécessitent une rénovation durable.

Les grandes villes donnent l'exemple
Utrecht (> 1,3 million d'habitants) se trouve actuellement en tête de liste des villes de bureaux néerlandaises les plus durables. Aujourd'hui, 82 % des surfaces de bureaux répondent à cette exigence. Après Utrecht, Nieuwegein et Haarlemmermeer suivent avec plus des trois quarts des surfaces de bureaux pouvant justifier d'un label énergétique C.

Les retardataires sont les petites et moyennes communes, où souvent peu de bureaux modernes ont été construits au cours des dernières décennies. Que la pression pour augmenter la durabilité ne soit pas sans effet se voit à Hengelo (> 80 000 habitants), là où le plus de progrès a été réalisés ces derniers mois. En mai 2021, seulement 29 % des bureaux avaient un bon label énergétique, alors que c’est passée à 45 %. Les valeurs aberrantes y contribuent, comme les 15 000 mètres carrés de l'immeuble de bureaux « Lansinkveste », qui a été rénové avec un label A comme résultat.

Heerlen (> 87 000 habitants) se distingue également comme le deuxième grimpeur le plus rapide. Là, le gestionnaire de pension APG a transféré pas moins de 58 000 mètres carrés du label E à A+. A La Haye (> 515 000 habitants), la part des label C est passée de 60 % à 68 %. Au cours du second semestre 2021, le pourcentage d'espaces de bureaux verts aux Pays-Bas est passé de 51 % à 57 %. Malgré la pression, les progrès ont été plutôt limités. "Une communication et des conseils clairs jusqu'au 1er janvier 2023 sont maintenant nécessaires pour accélérer le rythme", déclare Colliers.

L'exigence de pouvoir justifier un label énergétique C n'est qu'un début pour le secteur immobilier. D'ici 2030, ce label énergétique sera obligatoirement A, ce qui pour les bureaux s'élève à 50 kWh par m², à entendre comme la consommation énergétique d'électricité, de gaz ou retiré d'un réseau thermique.
Eduard Codde
28-01-2022