FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » News » Baisse des immatriculations des vélos électriques rapides

Baisse des immatriculations des vélos électriques rapides



L’été pluvieux a sans doute impacté les immatriculations des vélos électriques rapides. A partir de juin, les chiffres étaient dans le rouge. Il s’est seulement immatriculé 1 024 unités le mois dernier, ce qui représente une baisse d’environ -15,4% par rapport à 2020 (1 206 unités) et pas moins de -23,1% de moins qu’en septembre 2019 (1 327 unités). Le bilan des neuf premiers mois passe pour la première fois de l’année en dessous des chiffres de 2020 : 9 728 unités contre 9 832 l’an dernier, soit une perte de -1,1%. Par rapport à l’ère pré-Corona, on note toutefois un recul de -7,8% : à la même période en 2019, il s’était vendu 10 548 unités.

En plus du mauvais temps, la réduction progressive du travail à domicile est également mentionnée comme explication de la baisse des résultats des ventes. Filip Rylant, porte-parole de TRAXIO : « le marché pourrait avoir atteint un point de basculement dans certaines provinces : seule Anvers enregistre encore un petit bonus (+2%), le Limbourg et le Brabant flamand stagnent, tandis que la Flandre orientale et la Flandre occidentale perdent des parts de marché - sans raison apparente (-5%) ».

Particuliers ou entreprises ?
Les particuliers représentent encore près de la moitié des ventes. Pas moins de 4 878 unités (50,2%) ont été achetées par des particuliers. Les achats par l’intermédiaire d’entreprises ont encore diminué (-10,3%), mais le leasing, en revanche, est toujours en hausse et a même atteint 34,5% du marché total. « Le succès du leasing s’explique par un changement de mentalité des entreprises » explique M. Rylant. « De plus en plus d’entreprises découvrent la facilité d’utilisation du leasing ; moins d’administration propre, mais certainement aussi les avantages parafiscaux pour l’utilisateur et les entreprises elles-mêmes »

Différences par région
Malgré la tendance à la baisse dans certaines provinces flamandes et les hausses en Wallonie, le marché du vélo électrique rapide reste essentiellement flamand. La Flandre prend 95,75% de parts de marché avec 9 308 unités, alors que Bruxelles (190 unités) et l’ensemble de la Wallonie (225 unités) ne représentent respectivement que 1,95% et 2,3% du marché.

La province d’Anvers reste - fidèle à la tradition - la plus goulue avec 2 597 nouvelles immatriculations en 2021, soit une augmentation de +2%. La Flandre orientale (2 176 unités, -4%) et la Flandre occidentale (1 091 unités, -5%) sont en baisse, tandis que le Brabant flamand (1 992 unités) et le Limbourg (1 452 unités) sont en hausse.

Il est positif que le Brabant wallon continue à enregistrer un score élevé (+16%), tout comme le Hainaut (+6%). A Liège (-7%) et à Namur (-26%), le vélo électrique rapide obtient des résultats nettement moins bons. Bruxelles est en baisse de -7% par rapport à 2020 Le vélo électrique rapide a donc moins d’atouts dans un environnement très urbanisé et doit faire face à une forte concurrence des vélos et trottinettes partagées.
Eduard Codde
15-10-2021