FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » Hier devient demain

Hier devient demain



Proximus et la ville de Malines lancent un projet pilote de quatre mois, où d'anciennes armoires de rue télécoms sont transformées en bornes de recharge pour voitures électriques. Le gouvernement est fortement engagé en faveur de la mobilité électrique et les entreprises sont mêmes forcé par la fiscalité pour électrifier leur flotte d'ici 2026. Ceci nécessite la disponibilité de l'infrastructure de recharge adapté, et ce projet pilote offre des nouvelles perspectives pour réaliser la transition. Selon les prévisions les plus récentes, 1,5 à 2 millions de voitures électriques circuleront sur les routes en Belgique d'ici 2030. Le plan climatique flamand récemment approuvé oblige que la totalité des nouvelles voitures achetées seront électriques à partir de 2029.

Le Pacte local pour l'énergie et le climat, signé par 294 villes et communes flamandes, avance au moins un point de recharge pour 100 habitants d'ici 2030. Les autorités locales peuvent coopérer avec les entreprises, les citoyens et les associations pour atteindre les objectifs. Une extension éventuelle de ce projet au reste de la Flandre pourrait mener à la création de 7 000 points de recharge supplémentaires, ce qui équivaut à doubler le nombre de stations de recharge actuel et constitue plus de 10 % de l'objectif fixé par le Pacte local pour l'énergie et le climat.

Proximus et la ville de Malines raccorderont, avec le soutien de Fluvius, huit points de recharge pour véhicules électriques aux bornes de Proximus dans les quatre prochains mois. À chacun de ces points, deux véhicules pourront être rechargés simultanément avec 11 KW par prise.

L'infrastructure existante au coin de la rue
Proximus étudie la possibilité de transformer une partie de son réseau de plus de 28 000 armoires de rue en point d'alimentation pour bornes de recharge de véhicules électriques. Rien qu'en Flandre, Proximus estime qu'il existe un potentiel de transformation de 3 500 de ses bornes de rue en infrastructure de recharge, ce qui représente au moins 7 000 points de recharge. Actuellement le déploiement du réseau fibre atteint sa vitesse de croisière. La technologie de fibre optique est en effet appelée à remplacer le réseau cuivre dans un nombre croissant d'endroits, libérant ainsi de l'espace dans les armoires de rue. Moyennant quelques adaptations techniques limitées, cet espace peut être exploité pour créer une infrastructure de recharge supplémentaire de manière relativement simple. Des initiatives similaires ont déjà été lancées en Allemagne, au Royaume-Uni et en Autriche.

Les bornes de Proximus présentent des atouts intéressants dans l'optique de la création de nouvelles bornes de recharge pour véhicules électriques. Tout d'abord, elles se trouvent souvent dans des centres-villes à des endroits très attrayants, là où les besoins en bornes de recharge publiques se font particulièrement sentir et où une partie de la population n'a pas facilement accès aux infrastructures de recharge. De plus, les demandes de permis sont traitées collectivement, ce qui rend le processus plus efficace grâce à une collaboration étroite avec les villes et communes. Enfin, ce projet permet de réaliser une accélération car l'infrastructure existante peut être utilisée au maximum : les armoires de rue sont déjà alimentées en électricité, de manière à limiter les travaux d’excavation requis.

Le ministre flamand Bart Somers : « Cette innovation technologique constitue une première en Belgique. Si les résultats s’avèrent convaincants et sous réserve de partenariats à conclure, plusieurs milliers de nouvelles stations de recharge publiques pourraient être ainsi créées dans différentes villes et communes dans un avenir proche. »
Eduard Codde
07-12-2021