FRNL | | NewsBibliothèqueAgendaNewsletterJobsAdvertisingContact |
  
Accueil » La flexibilité comme principal moyen d’attirer et de conserver les talents

La flexibilité comme principal moyen d’attirer et de conserver les talents



L’année 2021 laisse peu de marges de manœuvre salariales, ce qui oblige les entreprises d’innover et de proposer de nouveaux avantages afin de fidéliser et d’attirer les talents. Les candidats attendent surtout la possibilité de bénéficier de plus de flexibilité. Horaires et conditions de télétravail souples sont notamment les critères les plus appréciés des travailleurs belges, constate Robert Half, le spécialiste du recrutement. Les mesures qui ont été prises par le gouvernement pour lutter contre la crise sanitaire ont fait évoluer le regard des employés sur l’organisation du travail et à remettre en question leurs choix personnels.

D’après un récent sondage de Robert Half sur 300 managers en Belgique, 30% indiquent qu’ils consacreront davantage d’efforts sur la mise en place de la flexibilité à l’avenir, principalement dans les fonctions administratives et informatiques. Pour 17% la rétention de talents est leur plus grande préoccupation.

« Même si le salaire demeure le levier d’attractivité principal des employeurs, les possibilités de télétravail et d’horaires flexibles, ainsi que tous les avantages permettant un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, figurent en haut de la liste des nouvelles attentes des candidats » constate Joël Poilvache (photo à droite), Directeur de Robert Half. « Une entreprise sans stratégie claire à ce sujet prend le risque de passer à côté des meilleurs talents ».

Des attentes élevées
Nombreux sont les candidats qui s’attendent à ce que leur employeur continue de leur offrir des moyens rendant le travail davantage flexible en 2021, dans la lignée des adaptations provoquées par la crise en 2020. Pour près de 30% des entreprises belges interrogées, le télétravail restera la norme à l’avenir. 36% des employeurs ont déjà mis en place des aides financières pour compenser le travail à domicile.

40% des employeurs belges s’inquiètent de voir partir leurs meilleurs employés et sont conscients que leurs employés ont actuellement une charge de travail élevée et sont, parfois, au bord du burn-out. Un tiers d’entre eux redoutent que cela n’entraîne le départ de talents. Ils craignent notamment que leurs travailleurs soient contactés par la concurrence et que, en raison des marges de manœuvre salariales plus restreintes, il devienne plus difficile de les retenir.

Une fois de plus la flexibilité s’impose comme un nouveau levier de négociation entre les candidats et les entreprises. Une politique de flexibilité permettant aux travailleurs d’organiser leur journée ou leur semaine de travail comme ils le souhaitent commence à se mettre en place. Certains managers se montrent également ouverts à la semaine de travail compressée et aux mesures permanentes de temps partiel.

Un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle
Modalités de télétravail souples et horaires flexibles sont les critères les plus appréciés chez les travailleurs belges. Ces nouvelles politiques contribuent à rendre les travailleurs plus épanouis, plus motivés et donc plus productifs. Elles participent notamment à un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, lorsqu’elles sont mises en place efficacement. Cela est surtout le cas lorsque les managers sont transparents à ce sujet en communiquant des chartes qui définissent clairement les modalités, deadlines à respecter, points de progression et suivi managérial.

La flexibilité dans le combat pour attirer ou de garder les travailleurs peut évoluer encore avec comme exemple la mise en place de la semaine de 4 jours ou de ‘la semaine compressée’ (journées plus longues dont les heures sont réparties sur 4 jours), possibilité de télétravail à l’étranger et mise à disposition d’espaces de coworking. En plus des concepts de congés illimités ou de journées de 5 heures apparaissent à l’horizon, mais ils relèvent encore de l’utopie en Belgique !
Eduard Codde
07-01-2021