Profacility - Workplace : Design, Build & Operate
Workplace Projects > Offices
| FR | NL
image (0)
Vue avant générale de l’hôpital OL V d’Alost. L’aspect est clairement contemporain. L’héliport au-dessus à droite est une primeur pour notre pays.
image (1)
Les panneaux laissent entrer la lumière de façon diffuse dans le hall d’entrée. L’énergie produite est largement suffisante pour éclairer le parking souterrain de 30.000 m2.
image (2)
A l’intérieur, les patients sont rapidement guidés vers les 14 guichets d’inscription.
image (3)
Le jardin intérieur rejoint le jardin extérieur. La verdure apporte une tranquillité mentale et purifie l’air.
image (4)
image (5)
Le confort est clairement contemporain et élégant.
image (6)
image (7)
image (8)
image (9)
Une architecture moderne et fonctionnelle avec quelques accents chaleureux caractérise l’aménagement.
image (10)
Vue avant générale de l’hôpital OL V d’Alost. L’aspect est clairement contemporain. L’héliport au-dessus à droite est une primeur pour notre pays.

ONZE LIEVE VROUW-ZIEKENHUIS


SERVICE HIGH-TECH ET SOUCI DU CLIENT

L’hôpital O.L.V. d’Alost s’est récemment agrandi en ajoutant un nouveau bâtiment en surface de 45.000 m2 et une extension souterraine de 30.000 m2. L’architecture et l’engineering sont aux mains de VK ST UDIO . Alost se concentre sur un meilleur service dans lequel les soins et l’encadrement administratif sont organisés en fonction du client.

Les chambres gagnent constamment en confort et sont de plus en plus intimes et familières. Une tablette de travail, une connexion Internet et d’autres applications multimédias sont aujourd’hui de bon ton. La chambre d’hôpital ressemble toujours davantage à une chambre d’hôtel. Au sein de l’OLV d’Alost, de nombreuses facilités sont aménagées de manière à gommer le gouffre entre la maison et l’hôpital.

Regroupement
Le projet de l’hôpital OLV d’Alost implique un regroupement important des services. Avec une concentration des activités de consultation. C’est ainsi qu’un quartier opératoire ambulatoire complètement neuf a été ajouté avec 4 salles de soins : urologie, chirurgie plastique, dermatologie… De plus, une clinique de jour totalement équipée dotée de 120 lits a été créée. « Tous les petits traitements ne doivent plus avoir lieu dans l’infrastructure lourde d’un quartier opératoire classique. Cela coûte en tout cas nettement moins cher. Il faut compter qu’un bloc opératoire coûte vite 2.500 euros/m2 », déclare l’architecte Stéphane Vermeulen.

Bloc médico-technique
Le bloc W est également neuf. Il s’agit ici d’une extension sensible mais très importante du bloc médico-technique. C’est ainsi que le quartier opératoire a été étendu en y ajoutant pas moins de 5 salles. Stéphane Vermeulen : « Dans le prolongement de ces salles, nous avons installé un quartier opératoire de jour ambulatoire
avec 5 autres salles. Celles-ci sont en relation avec la clinique de jour. Le même bloc comporte aussi 4 salles d’endoscopie, mais en dehors du quartier opératoire pour des raisons d’hygiène. »

Cath lab et dialyse rénale : l’avant-garde de l’OLV
Le bloc W abrite en outre le “cath lab” - 5 salles cath lab (3 flambant neuves de GE et 2 salles déménagées de Siemens). On y place les stens et les pacemakers, une activité d’avant-garde présentée du point de vue du quartier opératoire classique comme une spécialité distincte. C’est pourquoi ce service est abrité dans un étage séparé. Avec cette activité, l’hôpital est régulièrement sous le feu des projecteurs et peut souvent renforcer son image par le biais des médias. A un autre niveau du bloc médico-technique se trouve la division de dialyse rénale. 42 postes y sont prévus. Il y a 5 unités de 7 postes offrant la possibilité de choisir entre une position lit ou siège. Les chambres d’isolement séparées par une vitre sont destinées aux cas aigus. La vitre permet une hospitalisation nécessitant une veille sans devoir pénétrer dans la chambre d’isolation avec sas.

Restaurant panoramique pour le personnel
Il n’y a pas énormément de place sur le site de l’hôpital OLV d’Alost. Tout au-dessus trône le restaurant panoramique avec vue sur l’environnement verdoyant, les nouveaux toits verts et le jardin intérieur dont les buis forment un arc. Le restaurant a été aménagé par la propre division intérieure. De grands abat-jours, des bancs et une décoration murale créent une ambiance chaleureuse. « Nous n’avons pas pu intégrer le restaurant en bas en raison d’un manque de place. Il fallait exploiter chaque mètre carré », explique notre architecte. Juste au-dessus du restaurant se trouve une grande salle destinée aux réunions du conseil de gestion. Ce qui fait la fierté de l’hôpital, c’est l’héliport sur le toit. Le premier dans notre pays. « L’héliport sert au transport d’organes (coeurs et reins). Bientôt, il sera possible d’échanger des organes avec d’autres hôpitaux, notamment avec l’hôpital Gasthuisberg de Louvain. L’aménagement de l’héliport a nécessité un sérieux travail d’étude préalable », déclare Stéphane Vermeulen. « Nous ne pouvions pas nous référer à des exemples proches. On a opté pour une approche full option, ce qui veut dire qu’il existe une installation sprinkler qui se déclenche automatiquement en cas de danger et qui mélange eau et mousse en fonction de la situation. Ce full option implique aussi une installation de dégivrage et un éclairage de nuit complet. »

Panneaux solaires
Ce qui frappe d’emblée à l’entrée de l’hôpital OLV d’Alost, ce sont les panneaux solaires. Stéphane Vermeulen : « Ils étaient déjà prévus dans le projet de 1999, longtemps avant que les énergies renouvelables deviennent une évidence. Les panneaux laissent passer la lumière de façon diffuse. L’énergie qui est produite est largement suffisante pour éclairer le parking souterrain de 30.000 m2. » Le hall de réception couvre 3 étages et laisse de ce fait une impression d’espace particulièrement marquée. Différents services y sont rassemblés comme une banque, une cafétéria et des magasins proposant des produits healthcare. L’ensemble est conçu comme une promenade – un boulevard du soin – de l’entrée aux blocs d’hospitalisation. Le fait que cet espace de réception s’étende sur 3 niveaux s’explique surtout par la pente du terrain. Très pratique : l’entrée est au niveau de la rue et la ligne de bus s’arrête quasiment devant le porte. A l’intérieur, les patients sont rapidement renvoyés vers un des 14 guichets d’inscription. Le but recherché est d’arriver à un hôpital à taille humaine avec un service de moins en moins hiérarchisé. Le patient est, dans cette perspective, au centre des préoccupations. L’hôpital qui peut en outre se permettre un équipement de pointe, affiche les meilleurs résultats sur le marché de la santé. A Alost, on en est bien conscient.

Techniques spéciales
Une particularité : l’installation d’évacuation de fumée et de chaleur (EFC). Il s’agit de ventilateurs centrifuges qui fonctionnent à différents niveaux de capacité. C’est le cas dans le parking souterrain sur 3 niveaux, avec une capacité de plus de 700 véhicules, où d’immenses conduites en béton mènent l’air vicié vers le toit. La même chose vaut pour l’espace de réception. Les pompiers ont exigé des équipements supplémentaires. Stéphane Vermeulen : « Nous pouvions au départ rassembler deux niveaux mais pas trois. Ce qui a entraîné des exigences nouvelles, en plus de l’installation EFC, comme une installation sprinkler et des rideaux anti-fumée. En cas d’incendie, des écrans tombent qui combattent la formation et la diffusion de fumée et la totalité du hall est fermée de façon hermétique par des sas et volets anti-feu. Aux deux extrémités de l’atrium, la fumée est aspirée. Une évacuation des niveaux supérieurs n’est pas non plus permise via le hall d’entrée. » L’OLV d’Alost utilise aujourd’hui des plafonds froids. Pour une raison précise. Stéphane Vermeulen : « Les plafonds froids ont une diffusion agréable et très égale et c’est pourquoi ils sont particulièrement adaptés aux espaces de travail. Tous les espaces de consultation et de traitement en ont été équipés et la division de dialyse rénale les utilise également. Les patients subissant des dialyses rénales sont très sensibles aux courants d’air et depuis l’application de plafonds froids, toutes les plaintes ont disparu. Le climat de l’air fait souvent l’objet de plaintes dans de nombreux hôpitaux. L’utilisation de plafonds froids dans les hôpitaux peut faire beaucoup de bien. »

Conclusion
Le concept architectural de l’hôpital OLV d’Alost repose surtout sur la réaffectation des ‘flux’ et sur la réorganisation des services. Les opérations de jour sont ainsi associées au bloc médicotechnique. Par ailleurs, nous voyons une séparation et un allégement de l’hospitalisation classique par rapport au phénomène ambulatoire. L’efficacité était l’objectif poursuivi par la direction, objectif parfaitement atteint avec le regard tourné vers demain. 

Partenaires et fournisseurs ayant participé au projet


PLAFONDS CLIMATISANTS


PLAFONDS MODULAIRES

Les panneaux laissent entrer la lumière de façon diffuse dans le hall d’entrée. L’énergie produite est largement suffisante pour éclairer le parking souterrain de 30.000 m2.
A l’intérieur, les patients sont rapidement guidés vers les 14 guichets d’inscription.
Le jardin intérieur rejoint le jardin extérieur. La verdure apporte une tranquillité mentale et purifie l’air.


Le confort est clairement contemporain et élégant.






Une architecture moderne et fonctionnelle avec quelques accents chaleureux caractérise l’aménagement.




Le restaurant visiteurs affiche un look attrayant et frais.








Last update: 16/10/2017 10:02:28